Skip to main content

Impeachment, quel impeachment ?

Par 19 décembre 2019Alertes

« L’indifférence fait les sages et l’insensibilité les monstres. »

– Denis Diderot

Chère Lectrice, cher Lecteur,

00:00 Le mot du jour, c’est bien évidemment « impeachment« , maintenant que la mise en accusation de Donald Trump a été formellement votée par la Chambre des représentants US.

La nouvelle – à l’heure où j’écris ces lignes – semble avoir été accueillie avec une remarquable indifférence par les marchés… et on les comprend.

Une mise en accusation implique en effet un procès. Dans le cas présent, il se déroulera devant un Sénat tout acquis à la cause présidentielle ; il y a peu de chances que la demande de destitution aboutisse.

Même s’il ne se passe « rien », cependant, la vigilance reste de mise : toute cette affaire divise encore plus profondément un pays déjà clivé. 2020 étant une année électorale, on peut s’attendre à des débordements et des surprises, pas toutes agréables. Et les marchés seront en première ligne…

00:45 Mais ma foi, « on verra quand y sera », comme disait ma grand’mère. En attendant, nous allons faire preuve aujourd’hui du même détachement que les intervenants boursiers, et nous intéresser à des informations qui passent inaperçues… alors qu’elles pourraient avoir une profonde influence sur votre épargne et son avenir.

Commençons par un iceberg qui guette le Titanic américain – ah non pardon, c’est l’inverse, selon Bill Bonner dans La Chronique Agora :

« Pendant que l’attention du pays est tournée vers les guerres commerciales et les rebondissements du processus de destitution… le sombre Vaisseau de la Dette Fatale s’est rapproché.

[…] Vous vous rappellerez que nous avons prédit que la Réserve fédérale ne ‘normaliserait’ jamais les taux d’intérêts. Eh bien, elle n’a quasiment pas essayé, en fait. A présent, elle recommence à faire tout ce qu’elle peut pour gonfler le système monétaire du pays.

La semaine dernière, nous avons appris qu’elle injecterait environ 500 milliards de nouveaux dollars sur [le marché des repos] sur les quatre prochaines semaines.

Le fait que [la Fed] engloutisse de telles sommes pour financer les marchés de prêt à court terme nous laisse à penser que d’autres prêteurs – les grosses banques – ne veulent pas mettre leur propre argent en danger. Clairement, la Fed tente désespérément d’empêcher quelque chose de se produire. »

Quoi exactement ? Un effondrement des actions ? Des obligations ? Le délitement du colossal édifice de dette américain – qu’il s’agisse de l’État ou de la dette privée ?

01:30 Nous n’en savons rien pour l’instant… mais cela n’augure rien de bon, quand bien même les actions de la Fed soutiendraient les marchés pendant encore quelques trimestres. Il est temps d’envisager une stratégie de repli en cas d’incident grave – et c’est par ici, si vous voulez quelques idées sur la question.

01:45 Changement de sujet radical… mais je me suis dit qu’un peu de positif ne ferait pas de mal aujourd’hui. Il nous vient de Ray Blanco, qui est ressorti de la MJBizCon – le plus grand événement réunissant les intervenants du cannabis légal – plein d’espoir pour l’avenir du secteur.

Voici ce qu’il explique dans Opportunités Technos :

« Le cannabis a une caractéristique que les autres secteurs n’ont pas : l’égalité.

Ce secteur est si nouveau qu’il n’est pas soumis à une culture instaurée par un sempiternel club de milliardaires, et dont peuvent être victimes d’autres secteurs de la vieille garde.

Bref, dans le secteur du cannabis, les femmes et les entrepreneurs issus des minorités prospèrent comme dans aucun autre.

Et même si la culture d’entreprise n’est pas le sujet principal que nous observons, en tant qu’investisseur, nous le prenons en compte car il est important.

Après tout, une culture d’entreprise médiocre peut même gangréner des entreprises plus récentes. Uber l’illustre parfaitement.

Cet aspect du secteur du cannabis – qui offre aux gens et à TOUT LE MONDE – l’espoir d’améliorer son existence, ainsi que davantage d’opportunités, le rend unique.

Et c’est valable aussi bien pour ceux qui participent à la croissance du secteur que pour ceux qui y investissent. »

La suite de son compte-rendu – avec les perspectives et pistes d’investissement que Ray juge les plus prometteuses – se trouve ici. Et bien entendu, vous pouvez aussi bénéficier de ses recommandations plus précises sur le sujet en cliquant ici.

02:30 Maintenant, posez-vous une question : pourquoi n’êtes-vous pas millionnaire ?

Je sais, les raisons sont multiples.

Mais comme Zach Scheidt l’explique dans Le Nouveau Rentier, plus de personnes accèdent à ce statut que jamais auparavant… et il n’y a pas de raison que vous ne puissiez pas les rejoindre. L’important, la base de tout, c’est d’avoir la bonne méthode. Et Zach est là pour vous l’enseigner, comme il l’explique dans sa nouvelle rubrique mensuelle, Les Chroniques Millionnaires :

« Si vous cherchez à gagner autant d’argent que possible, vous devriez envisager d’avoir des capitaux à la fois dans des investissements agressifs et dans des placements fiables.

En fait, ces deux philosophies sont plutôt complémentaires !

Le gros de votre argent devrait être placé dans des investissements stables et générant du cash, comme les actions que je recommande chaque mois dans Le Nouveau Rentier.

Les dividendes que vous touchez peuvent aider à couvrir vos dépenses quotidiennes durant votre retraite. Ou, si vous n’avez pas besoin du cash-flow dans l’immédiat, vous pouvez réinvestir cet argent dans la même valeur ou dans de nouvelles recommandations – accélérant ainsi la croissance de vos revenus. »

03:15 Ne réinvestissez pas forcément ces sommes dans des actions « sages », cependant, conseille Zach. Il y a mieux à faire pour votre santé financière :

« [Vous] devriez vraiment envisager de mettre de côté une partie de ce capital pour financer des positions plus agressives, avec un risque plus élevé !

Les options sur actions, par exemple, offrent des possibilités de gains faisant jouer l’effet de levier. En d’autres termes, un petit mouvement sur le cours d’une action peut avoir un effet considérable sur le prix d’une option.

Avec un assortiment diversifié de positions plus agressives, vous verrouillerez probablement de gros profits périodiquement. »

Une double approche donc, avec une base sûre… et une diversification raisonnée dans des actifs plus « agressifs », et rapportant donc plus.

Si cette approche vous tente, je vous recommande par exemple le service de Robert Kiyosaki, le bien-nommé Kiyosaki Trading, qui vous propose une approche simple et pragmatique des options – tout est là.

04:00 Et peut-être voudrez-vous compléter cela par de l’investissement immobilier – un bon moyen de vous assurer, là encore, des revenus complémentaires solides et réguliers.

Là aussi, l’un de nos spécialistes a des conseils à vous donner : Alexandre Lauzier, dans De Zéro à la Liberté Financière. Voici son analyse cette semaine :

« Faisons un calcul rapide. Chaque appartement que vous achetez aura besoin d’une intervention mineure tous les trois mois, d’un changement de locataire (avec cinq à dix visites) tous les deux ans, et d’une intervention majeure toutes les décennies.

En moyenne, chaque lot que vous possédez vous prendrait, en gestion directe, six jours ouvrés par an. Cela vous semble peu ? Si vous êtes salarié, ces six jours représentent le quart de vos congés payés annuels. Si vous souhaitez faire de l’immobilier votre activité principale, ils représentent près de 3% d’un équivalent temps-plein.

Vous comprendrez bien que la gestion directe n’est réaliste ni pour les salariés qui souhaitent se constituer des revenus complémentaires (sous peine d’y consacrer tous leurs week-ends et leurs congés), ni pour ceux qui veulent devenir rentiers.

Le salut vient des agences immobilières.

Elles sont nombreuses, sur tout le territoire, à proposer de s’occuper pour vous de la gestion quotidienne de vos biens et vous permettent, moyennant finance, de détenir un nombre croissant de lots sans y consacrer tout votre temps libre. »

Reste à savoir quel genre d’agence vous conviendrait : gros réseau, petite agence familiale, autre chose ? Tout va dépendre de votre profil – et Alexandre vous aide à faire votre choix dans la suite de son article, ici même.

Et c’est tout pour aujourd’hui ! Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une très bonne soirée, en attendant de vous retrouver demain… pour les ultimes Marchés en 5 Minutes de l’année.

Françoise Garteiser
Les Marchés en 5 Minutes

 

★★★  Le chiffre du jour  ★★★


01/01/2020

C’est la date limite pour investir dans cette opportunité exceptionnelle.Une « tornade » qui devrait rapporter de beaux profits à ceux qui se seront positionnés à temps – et nos spécialistes vous expliquent tout lors d’une soirée exceptionnelle, ce samedi 21 décembre 2019.

Pour y participer, c’est très simple – et c’est gratuit : il suffit de cliquer ici.