Skip to main content

La dernière de l’année !

Par 20 décembre 2019Alertes

« Quand le feu dans l’âtre brille, il fait bon fêter la famille. »

– Proverbe français

Chère Lectrice, cher Lecteur,

00:00 Eh bien, nous y sommes ! C’est la dernière édition des Marchés en 5 Minutes de 2019…

Votre correspondante la rédige sous le ciel brumeux de Cologne, étant contrainte à un « léger » détour pour rentrer dans son Alsace natale pour les fêtes. Vive le covoiturage – au moins, les grèves me font voir du pays…

00:30 Vive la technologie moderne et les connexions haut débit, par ailleurs, qui m’ont permis de suivre la réunion éditoriale du jour !

Les participants étaient Gaël Deballe, spécialiste des options… Mathieu Lebrun et Gilles Leclerc, tous deux maîtres en trading et analyse technique… ainsi que les poids lourds de la macroéconomie que sont Philippe Béchade et Olivier Delamarche. Le thème : les perspectives pour 2020, bien entendu.

Pour Gaël, c’est allé vite : il est haussier sur 2020, et voit les tendances actuelles se poursuivre.

01:00 Mathieu est du même avis – mais moins emballé par la situation. Sur les grands indices, c’est « trop haussier pour vendre, mais trop haut pour acheter« .

Sur les petites et moyennes entreprises, en revanche, il retrouve son enthousiasme et prévoit de beaux coups à jouer. Sachant que sa stratégie a déjà permis à ses lecteurs de multiplier les gains rapides… ne vous en privez pas pour l’année qui vient : il suffit de passer par ici.

01:30 Selon Gilles Leclerc, il va falloir être nuancé. Certes, tout semble aller pour le mieux, mais il ne faut pas oublier que les principaux indices ont atteint des résistances.

Le S&P 500, le CAC 40, le DAX 30… Tous sont sur des niveaux de résistances – qu’ils peuvent casser… ou contre lesquels ils peuvent au contraire buter.

Vigilance donc, « on bouge plus ! », s’est exclamé Gilles : il n’y a pas de signal vendeur pour l’instant, certes, mais on va se contenter de tenir, sans se renforcer.

02:00 Philippe Béchade, dont Gilles est d’ailleurs le complice dans le cadre de Béchade Confidentiel, note lui aussi l’immobilisme des marchés. La configuration actuelle est similaire à celle de décembre 2018, note-t-il… mais à la hausse, plutôt que la dégringolade à laquelle nous avons assisté l’an dernier.

2020 sera très conservatrice, voire carrément très peu ambitieuse, continue Philippe :

« Il suffit de voir ceux qui ont été nommés ‘10 meilleurs gérants de l’année 2019′ – ce sont tous les suiveurs, il n’y a pas un seul stock-picker. »

« L’imagination au pouvoir », on n’y est pas tout à fait…

Philippe s’inquiète aussi, à plus long terme, de l’efficacité des remèdes appliqués par les banques centrales. Leurs vaccins ne servent plus à rien, il va leur falloir augmenter les doses… mais jusqu’où ? Ne finiront-elles pas par se révéler fatales pour le patient à qui elles sont administrées ?

02:45 Un avis qu’Olivier Delamarche partage – s’il ne se prononce pas sur le court terme, n’étant pas trader, il pense que l’année 2020 sera compliquée :

« On n’est pas dans la même situation qu’il y a 10 ans. A l’époque, avec des dettes à 40% du PIB et des taux de croissance à 5%, ça passait. Là, avec 0% de croissance et 300% du PIB de dette, c’est un problème ! C’est aussi inédit : on ne peut donc plus raisonner comme avant. »

Les banques centrales seront vraiment l’élément pivot des mois qui viennent, selon Olivier, car leurs politiques ont entièrement changé la structure du système :

« Avant, les marchés étaient vraiment efficients, ils n’étaient pas administrés par les banques centrales. Des corrélations se faisaient naturellement entre l’économie réelle et les cours.

Ce n’est plus le cas maintenant, les banques centrales manipulent, injectent – et maintiennent les marchés à n’importe quel prix. Les corrélations ne se font plus du tout.

Elles vont créer, imprimer de l’argent, tous les milliards nécessaires pour que rien ne baisse. »

Peu importe que les fondamentaux soient lamentables, peu importe que rien, absolument rien, ne justifie les niveaux actuels, peu importe que les banques soient pourries, paralysées et asphyxiées par le manque de collatéral… les banques centrales seront là pour « rattraper le coup »…

… Jusqu’à ce que la situation leur échappe totalement et provoque un désastre à côté duquel la crise de 2008 sera une partie de plaisir.

03:30 Et ce ne sont pas les facteurs déclencheurs qui manquent, explique encore Olivier. Prenez le Brexit, par exemple :

« Si le Royaume-Uni sort en claquant la porte, on fait quoi ? L’euro va plonger – il faut donc rester long sur le dollar, vendre l’euro contre d’autres monnaies

Franchement, ça va couiner un peu en 2020… »

Que faire au niveau de vos propres investissements ? Olivier reste fidèle au bon du Trésor US ; il se renforce sur le sterling – et surtout, il conseille d’appliquer une stratégie de protection de votre épargne. L’or est bien entendu une solution – même si cela n’ira pas sans incidents :

« Je pense que l’or va reculer quand les marchés vont commencer à se prendre des tartes, parce que les gérants devront vendre leurs bijoux de famille pour faire face – mais [à plus long terme] on s’en fout, nous prenons l’or comme garantie et comme assurance. »

Les analyses et les conseils d’Olivier sont disponibles par ici : la vision claire et sans langue de bois de l’actualité économique et financière est garantie !

Et je vais laisser le mot de la fin à Gilles :

« 2020, ça va être money management, va falloir serrer les stocks et serrer les fesses ! »

04:15 Et pour ce qui est de la traditionnelle lecture du week-end ? Je vais vous en suggérer deux, histoire de tenir pendant l’interruption de parution.

D’abord avec Bruno Bertez, qui se demande s’il faut « continuer à défendre le capitalisme« , dans La Chronique Agora – une lecture dense et passionnante, qui éclaire de nombreux choix politiques actuels (et pourquoi ils se soldent par une aggravation de la situation)…

Puis avec James Altucher, qui aborde lui aussi une question, mais très différente : « Je n’ai aucune confiance en moi, que faire ? » Les solutions existent, répond James – et il vous les livre juste ici.

04:45 Et voilà ! Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année, j’espère qu’elles seront sereines et en compagnie de gens que vous aimez…

… Nous nous retrouverons quant à nous le lundi 6 janvier, fin prêts pour affronter tout ce que 2020 décidera de nous envoyer !

A très bientôt,

Françoise Garteiser
Les Marchés en 5 Minutes

 

★★★  Le chiffre du jour  ★★★


5

C’est le nombre de valeurs qui pourraient s’envoler en cas de hausse de l’or : pour savoir lesquelles – et comment vous positionner, cliquez ici. 
X