Skip to main content

Tambour battant

Par 3 septembre 2019Alertes

« Suite au fait que lundi tombe un mardi ce mercredi, notre réunion du jeudi se tiendra vendredi ce samedi, car dimanche est un jour férié. »

– Red Skelton

 

Chère Lectrice, cher Lecteur,

00:00 Une édition menée tambour battant aujourd’hui, votre correspondante ayant une journée pleine de réunions ; il faudra donc exceptionnellement vous contenter de trois ou quatre minutes… mais nous reprendrons un rythme plus apaisé dès demain !

Friedland d'Ernest Meissonier
Friedland, Ernest Meissonier
 

00:30 Commençons par Zach Scheidt, qui a une nouvelle piste d’investissement à offrir à ses lecteurs dans Le Nouveau Rentier – et elle vient d’une source prestigieuse :

« Le fonds Orbis Global Equity Fund est en activité depuis 1990. Au cours de ces 30 années, ses investissements ont fait deux fois mieux que le marché boursier mondial.

Bref, ils savent ce qu’ils font.

Leur stratégie de succès est assez simple : identifier des secteurs qui sont sur le point de décoller… et les suivre jusqu’à ce qu’ils soient à bout de souffle.

Jusqu’à récemment, le fonds était très haussier sur les actions à haut rendement… anticipant avec justesse que les investisseurs chercheraient désespérément du rendement.

Maintenant que l’argent afflue dans ces valeurs, Orbis est d’avis qu’il y a un peu trop de monde sur le terrain. Il passe donc à ce qu’il pense être le prochain gisement de croissance importante : les valeurs cycliques. 

Lorsque les temps sont durs, on n’arrête pas d’acheter du carburant ou de l’alimentation. En revanche, on repoussera ses vacances ou l’achat d’une nouvelle voiture jusqu’à ce que les choses aillent mieux.

Les entreprises vendant ces produits et services optionnels sont connus sous le nom de valeurs cycliques. Leurs pertes et profits sont directement liés à la santé de l’économie.

Orbis est d’avis que ces actions offrent désormais une marge de hausse spectaculaire – et les achète donc à tour de bras. »

01:15 Je dois avouer que cette recommandation m’a surprise : après tout, les anticipations de ralentissement – voire carrément de récession – se multiplient. Considérant cela, investir dans des valeurs plus dépendantes d’une économie en pleine forme qu’à de futures faiblesses me semblait paradoxal.

Mais a) l’économie est encore en forme – du moins aux Etats-Unis –, et il reste peut-être quelques mois pour faire de belles performances… et b) votre correspondante n’étant pas à la tête d’un fonds gérant des millions de dollars et ayant un historique de performances prouvé, elle se contentera de poser là cette opportunité… à vous de voir ce que vous en ferez !

En tout cas, la valeur que recommande Zach en se basant sur la stratégie d’Orbis ne déparera pas dans votre portefeuille quelles que soient les conditions économiques, au final : si vous voulez en savoir plus, c’est par ici.

01:45 Passons maintenant à une analyse plus de fond, sur un marché qui bouge énormément en ce moment – celui des cryptomonnaies.

Dans Opportunités Technos, Edern Rio se penche sur une nouvelle utilisation – ou, si pas nouvelle, du moins passée relativement inaperçue jusqu’à présent – des cryptos. Tout vient du projet Libra de Facebook :

« Le Libra voudrait devenir un stablecoin géré par un consortium et adossé à un panier de devises. Une sorte de bitcoin sans la volatilité, un outil pour fluidifier les échanges. Qu’elles soient souveraines ou non, les cryptomonnaies permettent de réduire le coût des échanges. Elles sont efficaces. Voilà le vrai enjeu qui poussent tous les acteurs, Etats ou entreprises, à s’intéresser à cette technologie.« 

Frais de transactions banques et bitcoins
 

02:30 C’est la Chine qui semble avoir pris une longueur d’avance dans le domaine, continue Edern, et le dispositif mis en place est assez impressionnant…

« Faisant suite à de premières fuites sur le projet par la voix du PDG de Huawei, le responsable de la Banque populaire de Chine, Mui Changchun, a affirmé que le crypto-yuan était ‘opérationnel’. Une liste des participants a même été publiée par Forbes cette semaine : quatre banques chinoises et le réseau de cartes bancaires national Union Pay seraient impliquées aux côtés d’Alibaba et de Tencent.

Une date de lancement a même été évoquée : le 11 novembre à l’occasion du Single Day, le Black Friday chinois.

L’Empire du Milieu travaille sur sa cryptomonnaie depuis 2014 et a déposé 80 brevets pour digitaliser sa monnaie nationale, le yuan. Ici l’objectif est avant tout d’accélérer les échanges et d’augmenter son indépendance vis-à-vis du dollar.

Mais un autre objectif apparait : éliminer le cash et réduire les zones d’ombre dans les échanges.

Une fois le crypto-yuan en place, la Chine n’aura plus qu’à annuler la valeur légale des billets. L’Inde l’avait fait en novembre 2016, supprimant du jour au lendemain la valeur de 24 milliards de billets en circulation, soit près de 260 Mds$ ! Les Indiens avaient alors eu un mois et demi pour échanger leurs billets contre des nouveaux. Nous pourrions ici imaginer que la Chine propose de créditer le compte de ses habitants contre la remise des billets.


Billet de 1 000 roupies démonétisé en novembre 2016 par le gouvernement indien.

Si vous nous lisez régulièrement, vous savez que la Chine est le leader mondial du paiement par smartphone. Par bien des aspects, en Chine comme ailleurs, l’argent est déjà largement virtuel – au bas mot 85% de la monnaie est uniquement scripturale et ne passe pas par un objet physique. La population chinoise est déjà largement acquise à la cause du cash digital et la bascule pourrait passer comme une lettre à la poste, un grand bond en avant vers le futur et la modernité. » 

La suite de cette analyse très complète est ici – elle vous en dira long sur ce qui pourrait être l’avenir du secteur crypto.

03:30 Pour terminer, un petit détour par l’immobilier… et plus précisément l’immobilier de rendement. Il ne s’agit donc pas d’acquérir votre résidence principale – mais d’investir dans des propriétés qui vous rapporteront de l’argent, année après année, mois après mois.

Alexandre Lauzier a fait son choix dans De zéro à la liberté financière :

« L’immobilier avec bail commercial de gestion permet de concilier le meilleur des deux mondes.

Dans ce type de montage, vous êtes propriétaire du foncier mais confiez contractuellement la gestion à un tiers.

Cette solution est très prisée pour les biens destinés aux étudiants ou personnes âgées car leur gestion nécessite des compétences bien spécifiques et une disponibilité sans faille.

Quelle rentabilité attendre ?

La plupart des organismes qui gèreront vos biens vous verseront un loyer compris entre 3,5% et 5% du prix d’achat. En échange, ils s’occuperont de la gestion et prendront souvent à leur charge les vacances locatives.

Il est généralement possible d’acheter ces biens à crédit si votre taux d’endettement n’est pas trop élevé, ce qui augmentera d’autant votre retour sur investissement. Enfin, certains dispositifs fiscaux comme la récupération de la TVA viennent également augmenter la rentabilité potentielle de ce type de placement.« 

Deux autres options s’offrent à vous, ceci dit – Alexandre les examine plus en détails juste ici.

C’est tout pour aujourd’hui : rendez-vous demain pour une édition moins essoufflée… et d’ici là, bonne soirée !

Françoise Garteiser
Les Marchés en 5 Minutes


★★★  Le chiffre du jour  ★★★
+113%

C’est un gain ce que les lecteurs de Jim Rickards ont déjà pu engranger dans le cadre de son nouveau service, Crash Speculator

… Et cela grâce à la baisse d’une action – mais sans passer par la vente à découvert !

Cliquez ici pour recevoir la prochaine recommandation.